Pour plus d'info sur nos services, contactez nous au +237670423963
Toggle Bar

Cameroun: Camwater défie le gouvernement et maintien dans ses factures la TVA supprimée pour un type de consommateurs

Les factures de janvier incluent encore une rubrique TVA, pourtant supprimée par le gouvernement pour une certaine tranche de consommateurs.

La ligne «Total Tva/Total Vat» (en français et en anglais), avec les chiffres s’y rapportant, figure bel et bien dans les factures distribuées aux ménages depuis le début de la semaine dernière par la Cameroon Water Utilities Corporation (Camwater). Il s’agit d’une désagréable surprise, pour beaucoup de consommateurs modestes, à qui l’État avait pourtant promis de soulager leur ardoise de ladite taxe dès ce mois de janvier.

Selon la Loi de finances 2019, en son article 128, la taxe sur la valeur ajoutée (TVA), de l’ordre de 19,25%, est supprimée depuis le début de l’année sur les factures d’eau et d’électricité des ménages dont la consommation mensuelle n’excède pas 20m3 et 220kw/h, respectivement.

Voici quelques jours encore le directeur général de l’entreprise publique, Gervais Bolenga, par voie de communiqué, rappelait à ses agents l’impérieuse nécessité, dans la nouvelle facturation, de tenir compte des prescriptions du gouvernement visant à améliorer le train de vie des citoyens. Las. La rubrique «TVA» a bien été facturée aux petits ménages, ou plutôt aux petits consommateurs, par la Camwater. Et nul doute que beaucoup, à l’heure où sont écrites ces lignes, se sont déjà acquittés de leur facture d’eau sans rechigner.

Selon des indiscrétions internes, plusieurs cadres de l’entreprise, jouant sans doute sur l’incrédulité des citoyens, ou encore sur le manque d’information sur le sujet, ont, en toute illégalité mais en connaissance de cause, tenté ce coup pour continuer de renflouer les caisses. À cette facturation illicite et aux robinets régulièrement à sec, s’ajoute l’attribution d’index de consommation jugés fantaisistes par plusieurs consommateurs, dont la consommation est loin de refléter la réalité.

Pour janvier 2019, mois où les coupures d’eau ont été à la fois régulières, intempestives et longues dans bien de localités, les montants apparaissent ainsi inversement proportionnels à la consommation réelle, des ménages de quelques individus se retrouvant parfois attribuer des quantités mensuelles d’eau consommée hors-normes, pouvant aller jusqu’à 18.000 litres.

Et, comme si cela ne suffisait pas, quand bien même la fourniture de l’eau a été effective par intermittence, la Camwater a servi aux consommateurs de l’eau boueuse, sur laquelle elle n’a jamais songé à s’excuser. Le scandale de la TVA intervient au moment à cette société est déjà empêtrée dans un vaste scandale de monnayage de postes, avec des montants versés par les postulants allant de 500.000 à 2 millions de francs, selon les avantages (missions, indemnités, etc.) escomptés et le lieu de travail.

Le déballage, consécutif aux révélations des personnes lésées dans les transactions, a déjà conduit au limogeage ou à la mise à l’écart des responsables – réels ou supposés, complices ou apparentés – de ce réseau d’escroquerie où se mêle également la prostitution, dans une logique de promotions- canapé tous azimuts. Nommé par décret présidentiel le 11 novembre 2017, Gervais Bolenga, dont le service de communication s’avère par ailleurs arrogant et totalement incompétent, est désormais sur la corde raide.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir